QUATRE CONSEILS DE TOM BELZ

1. TOUJOURS CROIRE EN SOI Tom Belz a appris très tôt à gérer des situations extrêmes et à se sortir lui-même du trou. Il le dit: «C’est cette caractéristique ou cet état d’esprit qui définit la vie au final – cette capacité à voir la vie comme une opportunité de se surpasser.»

2. SE LAISSER ENTRAÎNER PAR D’AUTRES (PERSONNES DE CONFIANCE) Outre les guides africains locaux, qui étaient là pour redresser et motiver Tom dans les situations critiques, ce dernier avait également demander à son docteur, Klaus Siegler, de l’accompagner. Le médecin, qui l’avait déjà suivi lors de son cancer, lui a ainsi apporté un soutien mental précieux. Et même ses parents, qui n’étaient pas présents physiquement, lui ont donné de l’énergie. «J’ai beaucoup pensé à eux sur la dernière partie – cela m’a donné de la force.»

3. ETRE BIEN ÉQUIPÉ Une expédition au sommet du Kilimandjaro présente des exigences particulières en termes de vêtements utilisés. La montée se fait à travers différentes zones de végétation et de climat, des coins humides et tropicaux au pied du massif montagneux à la limite des neiges éternelles, dans la région du sommet. Afin d’éviter les dangers de l’hypothermie, il est essentiel d’utiliser des vêtements fonctionnels particulièrement travaillés et respirants. Avec Mammut, Tom avait bien entendu l’équipementier idéal.

4. PLANIFIER ET PRÉPARER SOIGNEUSEMENT Même une montagne comme le Kilimandjaro, qui peut être gravie sans crampons ni équipement d’alpinisme, ne doit pas être sous-estimée. Tom s’est préparé aux exigences du Kilimandjaro en s’entraînant intensivement pendant des années et en suivant une mise en condition spécifique en Suisse (cf. ci-dessus).