icons/order/deliveryCreated with Sketch. Envoi gratuit icons/order/return_in_storeCreated with Sketch. Retour gratuit en magasin icons/order/paymentCreated with Sketch. Tous les moyens de paiement courants
icons/arrows/arrow_default-smallCreated with Sketch.
GrenzenUeberwinde_21x9_1903

 

DÉPASSER SES LIMITES

Lorsqu’il était enfant, Tom Belz, ambassadeur de la marque Mammut, a eu un cancer des os et a dû être amputé d’une jambe. Depuis, le jeune homme aujourd’hui âgé de 31 ans se déplace avec des béquilles, sans pour autant se laisser limiter. Il a même vaincu récemment la plus haute montagne d’Afrique: le Kilimandjaro.

Et il n’a pas pu retenir ses larmes une fois arrivé au sommet. Tom Belz a réalisé son rêve. Avec seulement une jambe et deux béquilles, il a gravi l’année dernière les 5895 mètres du Kilimandjaro. «C’est incroyable! Lorsque je suis arrivé au sommet, j’étais complètement abasourdi et terriblement fier! L’ascension fut une épreuve à la fois physique et mentale. J’étais tout simplement heureux d’avoir réussi.» Cet éducateur de formation a pour cela atteint ses limites et a dû les dépasser, en escaladant par exemple certains passages durant l’ascension, avec ses béquilles en équilibre dans une main. Sur la dernière partie, il s’est profondément enfoncé dans la neige et ses doigts étaient tellement gelés qu’il arrivait encore à peine à tenir ses cannes. A ce moment, Tom Belz a brièvement envisagé d’abandonner: «Je me suis assis, je n’en pouvais plus.» Pourtant, le jeune Allemand originaire d’Offenbach se relève et se prouve à lui-même et tous ceux qui en doutaient de quoi il est capable: «En réalisant l’ascension du Kilimandjaro, je voulais montrer qu’une infirmité corporelle ne doit pas être un handicap en soi. Plus jeune, j’aurais aimé qu’on me dise qu’il y a un type complètement déjanté qui gravit les sommets avec seulement une jambe. Si je peux être une source d’inspiration pour d’autres grâce à mon succès, j’en suis très fier.»

L’ascension du Kilimandjaro est jusqu’à présent son succès majeur en tant qu’alpiniste, mais c’est enfant que Tom a livré sa plus grande bataille. A huit ans, les médecins lui diagnostiquent un cancer des os. Ils parviennent à le guérir, mais l’amputation d’une jambe est inévitable. Malgré sa victoire sur le cancer, Tom n’avait pas terminé son combat pour retrouver sa vie d’avant. Il n’arrivait pas à s’habituer à la prothèse et la chaise roulante, car il avait l’impression qu’elles le forçaient à la marginalisation. A douze ans, Tom décide d’abandonner sa prothèse pour se concentrer sur des déplacements avec deux béquilles – et de n’accepter tout simplement aucune limitation. Il commence à surfer, joue au foot et participe à des courses d’obstacles. «Les béquilles ne sont pas une raison de renoncer aux défis. Et elles ne sont en aucun cas une excuse. Du moins pas pour moi.» C’est en voyant un jour un documentaire sur le Kilimandjaro avec ses parents qu’il déclare d’un coup: «Ce serait génial de se tenir là-haut.» Son père répondit seulement: «Alors fais-le.»

Pour préparer cette aventure, Tom Belz se met en forme avec un programme d’entraînement intensif, en Suisse notamment. Accompagné d’un guide de montagne de la Mammut Alpine School, il gravit les 3610 m du Äussere Barrhorn, dans les Alpes suisses. Son enthousiasme est complet à l’issue de cette randonnée réussie: «Quelle vue grandiose, quelle sensation, quelle idée géniale m’a poussé jusque là-haut, quels sacrifices et quel programme d’entraînement absolument dément pour mon grand projet!» Quelques mois plus tard, Tom a pu constater que cette préparation méticuleuse valait de l’or et a su vaincre tous les obstacles du plus haut sommet d’Afrique. Outre la reconnaissance de nombreux fans et followers, l’aventurier ambitieux a aussi reçu un titre honorifique des guides locaux pour son ascension du Kilimandjaro. Pour eux, Tom Belz est désormais «Mbuzi Dume» – la chèvre robuste.

GrenzenUeberwinden_Aufstieg_16x9_1903
GrenzenUeberwinden_Ziel_16x9_1903

 

DÉPASSES TES LIMITES

Découvres notre assortiment Mammut.